Biographie

Tedi PAPAVRAMI est né en 1971 à Tirana (Albanie).tedi papavrami

Il commence l’étude du violon à quatre ans avec son père, Robert Papavrami, professeur réputé, passionné par l’enseignement et ayant formé nombre d’excellents violonistes tant en Albanie que plus tard en France. A l’âge de huit ans, Tedi interprète en public avec l’Orchestre Philharmonique de Tirana les Airs Bohémiens de Sarasate, puis à onze ans le premier Concerto de Paganini.

En septembre 1982, à l’initiative du flûtiste Alain Marion, il est invité en France en qualité de boursier du gouvernement français. Il y suit l’enseignement de Pierre Amoyal au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Tedi PAPAVRAMI remporte en 1985 le Prix du Concours International Rodolfo Lipitzer et en 1986 le Premier Prix de violon, premier nommé à l’unanimité du jury du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. A partir de cette époque c’est seul qu’il poursuit son développement musical. Des rencontres avec des personnalités telles que Zino Francescatti, Victoria Mullova, Victor Tretiakov, David Takeno, Marco Postinghel, lui permettent cependant de s’enrichir et d’adapter son jeu à de nombreuses métamorphoses, tant sur le plan technique que musical.

En juin 1992, la SACEM lui décerne le Prix Georges Enesco, et en septembre 1993, il remporte le Premier Prix du Concours International Sarasate à Pampelune ainsi que le Prix Spécial du Public.

Tedi PAPAVRAMI a donné de nombreux concerts en récital et en soliste, tant en Europe, qu’en Turquie, Japon, Hong Kong, Israël, Afrique du Sud, etc. avec notamment l’Orchestre de Paris, le Bamberger Symphoniker, le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks de Münich, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre Philharmonique de Monte Carlo et a collaboré avec des chefs tels que Kurt Sanderling, Armin Jordan, Christopher Hogwood, Antonio Papano, Gilbert Varga, Zdenek Macal, Louis Langrée, Jean Claude Casadesus, etc.

Tedi Papavrami se produit régulièrement en musique de chambre en compagnie de P. Bianconi, H. Sermet, G. Hoffman, Marc Coppey, P. Meyer, Henry Demarquette, Michel Dalberto, Frank Braley etc.. Il est depuis 2002, membre du Quatuor Schumann (Quatuor avec piano) basé à Genève.

Remarqué lors de son passage dans l’émission « Double Je » que lui consacrait Bernard Pivot, il est engagé par la réalisatrice Josée Dayan et TF1, pour interpréter un Danceny violoniste aux côtés de Catherine Deneuve, Danielle Darrieux, Rupert Everett et Nastassia Kinski, dans l’adaptation des Liaisons Dangereuses…

Après la sortie de l’Intégrale des Sonates et Partitas de Bach chez AEON très remarquée par la presse, l’enregistrement des Quatuors de Chausson et de Fauré, par le Quatuor Schumann, dont Tedi fait maintenant partie intégrante, remporte tous les suffrages : DIAPASON D’OR, CHOC du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Gramophone, The Strad. Tedi s’est récemment vu décerner un CHOC du Monde de la Musique pour ses transcriptions de 12 sonates de Scarlatti, originellement écrites pour le clavecin, travail sans précédent dans l’histoire du violon, qui ne cesse de susciter un intérêt croissant de la part des musiciens et mélomanes (désormais disponibles aux éditions Ries et Erler <http://www.rieserler.de/> www.rieserler.de .)

Le dernier enregistrement paru en compagnie de Philippe Bianconi au piano est consacré aux trois sonates de Brahms. Dans les prochaines parutions discographiques chez Aeon on trouvera un disque avec orchestre consacré à Saint Saëns, Chausson et Isaïe, en compagnie de François Xavier Roth et de l’orchestre Philharmonique de Liège, un enregistrement du quatuor et quintette de Schumann en compagnie des membres du quatuor Schumann, ainsi qu’un disque de violon seul incluant la sonate de Béla Bartók.

Tedi Papavrami est engagé à partir du mois de septembre 2008 en tant que professeur de violon au conservatoire de Genève, ville où il réside désormais.

Voici ce qu’il répondait lors d’une récente interview : ” Si l’interprétation d’œuvres longtemps muries devant un public constitue une expérience et un enrichissement uniques, la répétition outrancière de ce processus ainsi que la vie creuse d’hôtels d’aéroports et des rencontres formatées qui l’entoure, me semble un appauvrissement. Les automatismes musicaux qu’une telle vie entraine, lorsqu’elle n’accélère pas une déchéance technique, vont à l’encontre de ce qui me semble essentiel pour un interprète. On ne saurait en aucun cas remplacer le temps, que ce soit celui de la préparation, ou, encore plus précieux, celui qu’on perd. Hélas il semblerait de nos jours qu’on soit le plus souvent obligés de l’accepter si l’on ne veut pas perdre en notoriété ce qu’on a des chances de gagner musicalement”

Parallèlement à ses activités de musicien, Tedi Papavrami est depuis 2000 le traducteur officiel de l’écrivain Albanais Ismail Kadaré pour les éditions Fayard.

Tedi Papavrami joue un violon construit à son intention en 2005 par le luthier Christian Bayon et un archet d’Edwin Clément.